Black velvet de Alain Dorémieux

 

Anna vit seule dans son appartement, seule avec les souvenirs qui la hantent et les fantômes dont elle est captive : la créature cachée au bout du couloir qui a besoin de son sang pour subsister, son père mort qui vit dans les miroirs, l'ange noir qui veille sur sa destinée. Et si ses amants viennent chez elle, c'est pour se précipiter dans un piège, insectes pris dans une toile d'araignée d'où ils ne ressortiront pas vivants. À mesure que s'épaissit le cauchemar et que la réalité funèbre se détraque, Anna perd pied, plongée dans un délire qui mène vers un voyage obsessionnel derrière le labyrinthe des apparences.

Dans la lignée de Répulsion de Polanski et de Possession de Zulawski, un triangle dont les trois sommets se nomment vampirisme, inceste et amour fou plus fort que la mort. Et au coeur de ce triangle une spirale qui aspire le lecteur jusqu'au vertige.