Le vampire de John William Polidori

 

La première histoire de vampire non folklorique de la littérature fantastique moderne.


Longtemps attribué à lord Byron, cette nouvelle de Polidori met en scène un aristocrate, lord Ruthwen, qui vampirise son entourage. On n'évoque que partiellement les techniques utilisées par cet énigmatique personnage. En fait, il utilise son pouvoir de séduction pour entrer dans les cercles fermés des riches familles anglaises et européennes. On sait que la désolation s'abat sur ces familles après son passage. On le suit dans ses aventures à travers le regard du jeune Aubrey, un Anglais qui accompagnera en voyage lord Ruthwen, voyage qui les mènera à Rome et à Athènes. Naturellement, l'attachement de lord Ruthwen pour le jeune Aubrey ne sera pas innocent.
Certains critiques disent que ce texte peint de manière métaphorique l'ami de Polidori, lord Byron.En fait, le vampirisme dont est atteint lord Ruthwen ne ressemble pas tellement à ce qu'on est habitué de retrouver chez un vampire comme Dracula et ses descendants. On lui attribue un certain carnage dans les alentours de Rome, mais ce sont surtout des ruines d' empires monétaires qu'il sème dans son sillon. Il suce bien plus la richesse que le sang de ses victimes; quoiqu'on mentionne à la fin de la nouvelle la disparition tragique de la sœur d'Aubrey dont « le sang de son infortunée compagne avait assouvi la soif d'un vampire ».