c68r1ttp

 

1462. Jonathan Harker, un jeune clerc de notaire, arrive en Transylvanie sur l'invitation du Comte Dracula qui souhaite acquérir une propriété à Londres. Installé au château il tombe sous l'emprise du comte et de ses maîtresses. Dracula se rend à Londres où il entreprend de séduire la fiancée de Harker, portrait vivant de sa femme bien aimée morte au XVIème siècle.


Réalisé par Francis Ford Coppola


Coppola réussit un coup de maitre en adaptant l’œuvre de Bram Stoker, certes on découvre une histoire sans surprise puisqu’elle reste fidèle au livre
L'atmosphère de ce film est elle vraiment indescriptible sombre sensuel oppressant avec une vision très romantique de l ensemble en tout cas pour ma part c'est une des plus belles histoires d amour du cinéma

dans le livre, Dracula est vraiment le méchant diabolique dans toute sa sombre splendeur, le Dracula de Coppola est plus ambivalent. La grande différence réside dans sa génèse. Dans le film, Dracula est un soldat de Dieu qui va affronter les horreurs de la guerre pour préserver son territoire et sa foi. A femme se suicide alors qu'il est au combat car les Turcs ont envoyé une missive annonçant la fausse mort e son époux. Dracula, victorieux, apprend à son retour le suicide de son épouse (ce qui équivaut à la damnation chez les chrétiens). Accablé de souffrance et de colère, il renie le seigneur qu'il a juré de servir et s'abandonne aux forces du mal.

Même si par la suite, il apparaît comme un monstre sanguinaire (ce qu'il est en toute somme), c'est aussi un être torturé par la mort de la personne qui comptait le plus au monde pour lui. Et dans, toute son éternité, il est toujours à la recherche de celle qu'il perdit jadis. C'est donc aussi une tragique histoire d'amour et la détresse du Comte ira jusqu'à ébranler Mina Harker elle-même, qui alors que Dracula renonce à la transformer à son tour en vampire, préférant rester seul que de condamner celle qu'il aime à une existence damnée, se jettera sur lui et boira son sang de son plein gré ! Dracula est à la fois le monstre et la victime, vivant sa non vie comme une damnation et un châtiment plutôt que comme un don obscur.

A ce titre, le final est bouleversant, Mina et Dracula, tous deux dans la chapelle où tout a commencé, se disent adieu une seconde fois et l'on peut voir le visage de Dracula, enfin libéré de sa malédiction, le sourire de celui qui trouve enfin la paix de l'âme (cette scène étant aussi suggéré dans le livre).

Un vrai moment de cinéma