grave


Alors que la sagesse conventionnelle veut que Bram Stoker est basé son personnage de Dracula sur le comte Vlad Dracul prince de Valachie, certains chercheurs irlandais ont effectivement suggéré des origines gaéliques.
Bram Stoker a pu être influencé par les mots irlandais droch-fhola - ce qui signifie " le sang du mal. " Droch-fhola se prononce comme Drok-ola. Alternativement, ils suggèrent qu'il pourrait avoir été inspiré par une histoire du folklore  appelé Dún Dreach-Fhola - le château du visage de sang


Bob Curran (Origine et histoire des noms de lieux irlandais) suggère un lien possible entre les mythes celtiques et vampire Dracula de Bram Stoker. Curran qui enseigne l'histoire et le folklore celtique à l'Université d'Ulster, Coleraine, a écrit un article à ce sujet dans l'histoire d'Irlande, l'été 2000.


Il ya un endroit dans la paroisse de Errigal à Derry, appelé Slaghtaverty, mais il aurait dû être appelé Laghtaverty, le monument funéraire de laght ou l'abhartach [avartagh] ou nain . Ce nain était un magicien, et un tyran terrible, et après avoir commis de grandes cruautés sur les gens , il est enfin vaincu et tué par un chef voisin; certains disent par Fionn Mac Cumhail. Il a été enterré dans une posture debout, mais le lendemain il est apparu dans ses vieux repaires, plus cruel et plus vigoureux que jamais. Et le chef lui tua une deuxième fois et l'a enterré comme avant, mais encore une fois il s'est échappé de la tombe, et répandit la terreur dans tout le pays. Le chef a alors consulté un druide, et selon ses instructions, il tua le nain une troisième fois, et l'enterrèrent dans le même lieu, avec la tête en bas; cela subjugua son pouvoir magique, de sorte qu'il ne reparut plus sur la terre.
____


Dans la zone située au nord de Derry, entre les villes de Garvagh et Dungiven, un quartier connu sous le nom Glenuilin (vallon de l'aigle) pourrait nous donner un indice quant aux origines de Dracula. la tombe d'Abhartach est maintenant connu sous le nom Slaghtaverty Dolmen, et est appelé localement "Grave Le Géant". Il comprend un grand rocher et deux plus petites roches et d'aubepine


Au cours des cinquième et sixième siècles, la région était Glenullin, une mosaïque de petits royaumes, chacun avec son propre souverain local ou «roi».  Abhartach, selon la tradition, était l'un de ces chefs.  
Certains disent qu'il était un nain, d'autres qu'il a été déformée d'une certaine façon, mais la plupart s'accordent pour dire qu'il était un sorcier puissant et était extrêmement mauvais. Donc le mal, et le peuple sur lesquels il régnait voulait se débarrasser de lui.


Dans certaines versions Abhartach se lève de sa tombe à boire le sang de ses sujets, alors que le chef qui tue le revenant est nommé Cathan, .il  consulte diversement un saint chrétien tantot un druide :

«Abhartach n'est pas vraiment vivant», dit-on a CATHAN chargé de le tuer «Grâce à ses arts diaboliques, il est devenu l'un des neamh-mhairbh [morts-vivants]. En outre, il est un dearg-dililat, un buveur de sang humain. Il ne peut pas réellement être tué, mais il peut être retenue. " on a ensuite procédé à donner des instructions à CATHAN sur la façon de «suspendre» la créature vampirique. Abhartach doit être tué par l'épée fabriqués à partir de bois d'if et doit être enterré à l'envers dans la terre, des épines et des brindilles de cendres doit être saupoudré autour de lui et une lourde pierre doit être placée directement au-dessus de lui. Si la pierre levée, cependant, le vampire serait libre de marcher sur la terre une fois de plus.


Le terrain sur lequel la tombe est situer a acquis une réputation plutôt sinistre au cours des générations. Localement, il est considéré comme «mauvais terrain» et a fait l'objet d'un certain nombre de désaccords familiaux au fil des ans. En 1997, on a tenté de défricher la terre et si  l'on en croit les ouvriers qui ont tenté de couper l'arbre ont constaté que leur scie à chaîne se sont arrêté sans raison à trois reprises. Lors d'une tentative pour soulever la grosse pierre, une chaîne en acier se brisa subitement, coupant la main de l'un des ouvriers et, de manière significative, permettant au sang de s'infiltrer dans le sol.


la tombe a maintenant disparue, mais la pierre reste et un arbre, qui a grandi à partir des épines éparses, s'élève au-dessus.