12 juin 2011

Ni sorcière, ni vampire de Christine Wystup

Ni sorcière, ni vampire Christine Wystup

 

Au Moyen Âge, il suffit de peu pour qu’une jeune fille soit traitée de sorcière ! Le seigneur de Guéricourt tente pourtant de protéger Marienka, la petite paysanne qui a permis d’éviter que ses terres ne soient dévastées par une terrible invasion de hannetons. Mais le seigneur de Warlus, son cousin et voisin, n’a pas eu cette chance et en veut beaucoup à Marienka ! Tout cela pourrait très mal se finir si la comtesse de Warlus ne suppliait pas son mari d’appeler Marienka au chevet de son fils Tristan qui se conduit comme un vampire.

 

Cette comédie très alerte et pleine de rebondissements permet aux enfants de 10 à 15 ans d’aborder de manière ludique la société et la vie quotidienne au Moyen Âge

 

Genre : Théâtre

Côté cour édité par Art et Comédie (Editions théatrales)
1ère édition en 2005

 

Posté par Lady Nini à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 avril 2011

The Vampire by John Stagg (1810)

The Vampire by John Stagg (1810)

 

"Why looks my lord so deadly pale?
Why fades the crimson from his cheek?
What can my dearest husband ail
Thy heartfelt cares, O Herman, speak!


"Why, at the silent hour of rest,
Dost thou in sleep so sadly mourn?
Has tho' with heaviest grief oppress'd,
Griefs too distressful to be borne.


"Why heaves thy breast?--why throbs thy heart?
O speak! and if there be relief,
Thy Gertrude solace shall impart,
If not, at least shall share thy grief.


"Wan is that cheek, which once the bloom
Of manly beauty sparkling shew'
Dim are those eyes, in pensive gloom,
That late with keenest lustre glow'd.


"Say why, too, at the midnight hour,
You sadly pant and tug for breath,
As if some supernat'ral pow'r
Were pulling you away to death?
"Restless, tho' sleeping, still you groan,
And with convulsive horror start;
O Herman! to thy wife make known
That grief which preys upon thy heart."


"O Gertrude! how shall I relate
Th' uncommon anguish that I feel;
Strange as severe is this my fate,--
A fate I cannot long conceal.

"In spite of all my wonted strength,
Stern destiny has seal'd my doom;
The dreadful malady at length
Wil drag me to the silent tomb!"


"But say, my Herman, what's the cause
Of this distress, and all thy care.
That, vulture-like, thy vitals gnaws,
And galls thy bosom with despair?


"Sure this can be no common grief,
Sure this can be no common pain?
Speak, if this world contain relief,
That soon thy Gertrude shall obtain."


"O Gertrude, 'tis a horrid cause,
O Gertrude, 'tis unusual care,
That, vulture-like, my vitals gnaws,
And galls my bosom with despair.


"Young Sigismund, my once dear friend,
But lately he resign'd his breath;
With others I did him attend
Unto the silent house of death.


"For him I wept, for him I mourn'd,
Paid all to friendship that was due;
But sadly friendship is return'd,
Thy Herman he must follow too!


"Must follow to the gloomy grave,
In spite of human art or skill;
No pow'r on earth my life can save,
'Tis fate's unalterable will!


"Young Sigismund, my once dear friend,
But now my persecutor foul,
Doth his malevolence extend
E'en to the torture of my soul.


"By night, when, wrapt in soundest sleep,
All mortals share a soft repose,
My soul doth dreadful vigils keep,
More keen than which hell scarely knows.


"From the drear mansion of the tomb,
From the low regions of the dead,
The ghost of Sigismund doth roam,
And dreadful haunts me in my bed!

"There, vested in infernal guise,
(By means to me not understood,)
Close to my side the goblin lies,
And drinks away my vital blood!


"Sucks from my veins the streaming life,
And drains the fountain of my heart!
O Gertrude, Gertrude! dearest wife!
Unutterable is my smart.

"When surfeited, the goblin dire,
With banqueting by suckled gore,
Will to his sepulchre retire,
Till night invites him forth once more.


"Then will he dreadfully return,
And from my veins life's juices drain;
Whilst, slumb'ring, I with anguish mourn,
And toss with agonizing pain!


"Already I'm exhausted, spent;
His carnival is nearly o'er,
My soul with agony is rent,
To-morrow I shall be no more!


"But, O my Gertrude! dearest wife!
The keenest pangs hath last remain'd--
When dead, I too shall seek thy life,
Thy blood by Herman shall be drain'd!


"But to avoid this horrid fate,
Soon as I'm dead and laid in earth,
Drive thro' my corpse a jav'lin straight;--
This shall prevent my coming forth.


"O watch with me, this last sad night,
Watch in your chamber here alone,
But carefully conceal the light
Until you hear my parting groan.


"Then at what time the vesper-bell
Of yonder convent shall be toll'd,
That peal shall ring my passing knell,
And Herman's body shall be cold!


"Then, and just then, thy lamp make bare,
The starting ray, the bursting light,
Shall from my side the goblin scare,
And shew him visible to sight!"


The live-long night poor Gertrude sate,
Watch'd by her sleeping, dying lord;
The live-long night she mourn'd his fate,
The object whom her soul ador'd.


Then at what time the vesper-bell
Of yonder convent sadly toll'd,
The, then was peal'd his passing knell,
The hapless Herman he was cold!


Just at that moment Gertrude drew
From 'neath her cloak the hidden light;
When, dreadful! she beheld in view
The shade of Sigismund!--sad sight!


Indignant roll'd his ireful eyes,
That gleam'd with wild horrific stare;
And fix'd a moment with surprise,
Beheld aghast th' enlight'ning glare.


His jaws cadaverous were besmear'd
With clott'd carnage o'er and o'er,
And all his horrid whole appear'd
Distent, and fill'd with human gore!

With hideous scowl the spectre fled;
She shriek'd aloud;--then swoon'd away!
The hapless Herman in his bed,
All pale, a lifeless body lay!


Next day in council 'twas decree,
(Urg'd at the instance of the state,)
That shudd'ring nature should be freed
From pests like these ere 'twas too late.


The choir then burst the fun'ral dome
Where Sigismund was lately laid,
And found him, tho' within the tomb,
Still warm as life, and undecay'd.


With blood his visage was distain'd,
Ensanguin'd were his frightful eyes,
Each sign of former life remain'd,
Save that all motionless he lies.


The corpse of Herman they contrive
To the same sepulchre to take,
And thro' both carcases they drive,
Deep in the earth, a sharpen'd stake!


By this was finish'd their career,
Thro' this no longer they can roam;
From them their friends have nought to fear,
Both quiet keep the slumb'ring tomb.

 

Posté par Lady Nini à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

texte philosophique de voltaire à propos des vampires

texte philosophique de voltaire à propos des vampires

Quoi! c’est dans notre xviiie siècle qu’il y a eu des vampires! c’est après le règne des Locke, des Shaftesbury, des Trenchard, des Collins; c’est sous le règne des d’Alembert, des Diderot, des Saint-Lambert, des Duclos, qu’on a cru aux vampires, et que le R. P. dom Augustin Calmet, prêtre bénédictin de la congrégation de Saint-Vannes et de Saint-Hidulphe, abbé de Sénones, abbaye de cent mille livres de rentes, voisine de deux autres abbayes du même revenu, a imprimé et réimprimé l’histoire des vampires avec l’approbation de la Sorbonne, signée Marcilli!
Ces vampires étaient des morts qui sortaient la nuit de leurs cimetières pour venir sucer le sang des vivants, soit à la gorge ou au ventre, après quoi ils allaient se remettre dans leurs fosses. Les vivants sucés maigrissaient, palissaient, tombaient en consomption; et les morts suceurs engraissaient, prenaient des couleurs vermeilles, étaient tout a fait appétissants. C’était en Pologne, en Hongrie, en Silésie, en Moravie, en Autriche, en Lorraine, que les morts faisaient cette bonne chère. On n’entendait point parler de vampires à Londres, ni même à Paris. J’avoue que dans ces deux villes il y eut des agioteurs, des traitants, des gens d’affaires, qui sucèrent en plein jour le sang du peuple; mais ils n’étaient point morts, quoique corrompus. Ces suceurs véritables ne demeuraient pas dans des cimetières, mais dans des palais fort agréables.
Qui croirait que la mode des vampires nous vint de la Grèce? Ce n’est pas de la Grèce d’Alexandre, d’Aristote, de Platon, d’Épicure, de Démosthène, mais de la Grèce chrétienne, malheureusement schismatique.
Depuis longtemps les chrétiens du rite grec s’imaginent que les corps des chrétiens du rite latin, enterrés en Grèce, ne pourrissent point, parce qu’ils sont excommuniés. C’est précisément le contraire de nous autres chrétiens du rite latin. Nous croyons que les corps qui ne se corrompent point sont marqués du sceau de la béatitude éternelle. Et dès qu’on a payé cent mille écus à Rome pour leur faire donner un brevet de saints, nous les adorons de l’adoration de dulie.
Les Grecs sont persuadés que ces morts sont sorciers; ils les appellent broucolacas ou vroucolacas, selon qu’ils prononcent la seconde lettre de l’alphabet. Ces morts grecs vont dans les maisons sucer le sang des petits enfants, manger le souper des pères et mères, boire leur vin, et casser tous les meubles. On ne peut les mettre à la raison qu’en les brûlant, quand on les attrape. Mais il faut avoir la précaution de ne les mettre au feu qu’après leur avoir arraché le coeur, que l’on brûle à part.
Le célèbre Tournefort, envoyé dans le Levant par Louis XIV, ainsi que tant d’autres virtuoses fut témoin de tous les tours attribués à un de ces broucolacas, et de cette cérémonie.
Après la médisance, rien ne se communique plus promptement que la superstition, le fanatisme, le sortilège et les contes des revenants. Il y eut des broucolacas en Valachie, en Moldavie, et bientôt chez les Polonais, lesquels sont du rite romain. Cette superstition leur manquait; elle alla dans tout l’orient de l’Allemagne. On n’entendit plus parler que de vampires depuis 1730 jusqu’en 1735: on les guetta, on leur arracha le coeur, et on les brilla: ils ressemblaient aux anciens martyrs; plus on en brûlait, plus il s’en trouvait.
Calmet enfin devint leur historiographe, et traita les vampires comme il avait traité l’ancien et le nouveau Testament, en rapportant fidèlement tout ce qui avait été dit avant lui.
C’est une chose, à mon gré, très curieuse, que les procès-verbaux faits juridiquement concernant tous les morts qui étaient sortis de leurs tombeaux pour venir sucer les petits garçons et les petites filles de leur voisinage. Calmet rapporte qu’en Hongrie deux officiers délégués par l’empereur Charles VI, assistés du bailli et du bourreau, allèrent faire enquête d’un vampire, mort depuis six semaines, qui suçait tout le voisinage. On le trouva dans sa bière, frais, gaillard, les yeux ouverts, et demandant à manger. Le bailli rendit sa sentence. Le bourreau arracha le coeur au vampire, et le brûla; après quoi le vampire ne mangea plus.
Qu’on ose douter après cela des morts ressuscités, dont nos anciennes légendes sont remplies, et de tous les miracles rapportés par Bollandus et par le sincère et révérend dom Ruinart!
Vous trouvez des histoires de vampires jusque dans les Lettres juives de ce d’Argens, que les jésuites auteurs du Journal de Trévoux, ont accusé de ne rien croire. Il faut voir comme ils triomphèrent de l’histoire du vampire de Hongrie; comme ils remerciaient Dieu et la Vierge d’avoir enfin converti ce pauvre d’Argens, chambellan d’un roi qui ne croyait point aux vampires.
« Voilà donc, disaient-ils, ce fameux incrédule qui a osé jeter des doutes sur l’apparition de l’ange à la sainte Vierge, sur l’étoile qui conduisit les mages, sur la guérison des possédés, sur la submersion de deux mille cochons dans un lac, sur une éclipse de soleil en pleine lune, sur la résurrection des morts qui se promenèrent dans Jérusalem: son coeur s’est amolli, son esprit s’est éclairé; il croit aux vampires! »
Il ne fut plus question alors que d’examiner si tous ces morts étaient ressuscités par leur propre vertu, ou par la puissance de Dieu, ou par celle du diable. Plusieurs grands théologiens de Lorraine, de Moravie et de Hongrie, étalèrent leurs opinions et leur science. On rapporta tout ce que saint Augustin, saint Ambroise, et tant d’autres saint, avaient dit de plus inintelligible sur les vivants et sur les morts. On rapporta tous les miracles de saint Étienne qu’on trouve au septième livre des oeuvres de saint Augustin; voici un des plus curieux. Un jeune homme fut écrasé, dans la ville d’Aubzal en Afrique, sous les ruines d’une muraille; la veuve alla sur-le-champ invoquer saint Étienne, à qui elle était très dévote: saint Étienne le ressuscita. On lui demanda ce qu’il avait vu dans l’autre monde. « Messieurs, dit-il, quand mon âme eut quitté mon corps, elle rencontra une infinité d’âmes qui lui faisaient plus de questions sur ce monde-ci que vous ne m’en faites sur l’autre. J’allais je ne sais où, lorsque j’ai rencontré saint Étienne qui m’a dit: « Rendez ce que vous avez reçu. » Je lui ai répondu: « Que voulez-vous que je vous rende? vous ne m’avez jamais rien donné. » Il m’a répété trois fois: « Rendez ce que vous avez reçu. » Alors j’ai compris qu’il voulait parler du Credo. Je lui ai récité mon Credo, et soudain il m’a ressuscité. »
On cita surtout les histoires rapportées par Sulpice Sévère dans la vie de saint Martin. On prouva que saint Martin avait, entre autres, ressuscité un damné.
Mais toutes ces histoires, quelque vraies qu’elles puissent être, n’avaient rien de commun avec les vampires qui allaient sucer le sang de leurs voisins, et venaient ensuite se placer dans leurs bières. On chercha si on ne trouverait pas dans l’ancien Testament ou dans la mythologie quelque vampire qu’on pût donner pour exemple; on n’en trouva point. Mais il fut prouvé que les morts buvaient et mangeaient, puisque chez tant de nations anciennes on mettait des vivres sur leurs tombeaux.
La difficulté était de savoir si c’était l’âme ou le corps du mort qui mangeait. Il fut décidé que c’était l’un et l’autre. Les mets délicats et peu substantiels, comme les meringues, la crème fouettée, et les fruits fondants, étaient pour l’âme; les roast-beefs étaient pour le corps.
Les rois de Prusse furent, dit-on, les premiers qui se firent servir à manger après leur mort. Presque tous les rois d’aujourd’hui les imitent; mais ce sont les moines qui mangent leur dîner et leur souper, et qui boivent le vin. Ainsi les rois ne sont pas, à proprement parler, des vampires. Les vrais vampires sont les moines qui mangent aux dépens des rois et des peuples.
Il est bien vrai que saint Stanislas, qui avait acheté une terre considérable d’un gentilhomme polonais, et qui ne l’avait point payée, étant poursuivi devant le roi Boleslas par les héritiers, ressuscita le gentilhomme; mais ce fut uniquement pour se faire donner quittance. Et il n’est point dit qu’il ait donné seulement un pot de vin au vendeur, lequel s’en retourna dans l’autre monde sans avoir ni bu ni mangé.
On agite souvent la grande question si l’on peut absoudre un vampire qui est mort excommunié. Cela va plus au fait.
Je ne suis pas assez profond dans la théologie pour dire mon avis sur cet article; mais je serais volontiers pour l’absolution, parce que dans toutes les affaires douteuses il faut toujours prendre le parti le plus doux:
Odia restringenda, favores ampliandi.
Le résultat de tout ceci est qu’une grande partie de l’Europe a été infestée de vampires pendant cinq ou six ans, et qu’il n’y en a plus; que nous avons eu des convulsionnaires en France pendant plus de vingt ans, et qu’il n’y en a plus; que nous avons eu des possédés pendant dix-sept cents ans, et qu’il n’y en a plus; qu’on a toujours ressuscité des morts depuis Hippolyte, et qu’on n’en ressuscite plus; que nous avons eu des jésuites en Espagne, en Portugal, en France, dans les Deux-Siciles, et que nous n’en avons plus.

 

texte d'Isobel d'Aerys

http://foyerliberte.free.fr/ecriture/imagesecriture/plume.gif

 

J'ai caressé la soie, pleuré sur l'émeri,
J'ai flairé la nature, succombé aux encens,
Souri aux pleines chairs ou aux fines enfants,
Goûté des peaux d'ivoire ou tannées et brunies
Mes lèvres ont fait le tour de centaines de gorges
De longs et doux soupirs, ma mémoire regorge.
Mes mains ont possédé tant de corps, apeurés,
Réticents, furieux, enfin abandonnés,
Qu'il me faudrait au moins mille autres éternités
Pour couvrir le papier de mes nuits sans journées.
Il y a eu des cris, il y eut des plaisirs,
Des chairs laissées sans vie, d'autres emplies de désir
J'ai traîné sous la Lune mes contradictions
Ai fait craindre mon ombre, ai fait fuir à mon nom,
J'ai hanté les esprits des vierges romantiques,
Arrosé leurs prières de souffles oniriques.
J'ai traîné sous la Lune mes pensées errantes,
Allumé des brasiers de gorges incandescentes,
Sans le moindre remord, la moindre hésitation
J'ai fait craindre mon ombre et fait fuir à mon nom...

 

 

Posté par Lady Nini à 23:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Rudyard Kipling : "The Vampire" (1897)

Rudyard Kipling : "The Vampire" (1897)

 

The verses--as suggested by the painting by Philip Burne Jones, first exhibited at the new gallery in London in 1897.

A fool there was and he made his prayer
(Even as you and I!)
To a rag and a bone and a hank of hair
(We called her the woman who did not care),
But the fool he called her his lady fair
(Even as you and I!)
Oh the years we waste and the tears we waste
And the work of our head and hand,
Belong to the woman who did not know
(And now we know that she never could know)
And did not understand.
A fool there was and his goods he spent
(Even as you and I!)
Honor and faith and a sure intent
But a fool must follow his natural bent
(And it wasn't the least what the lady meant),
(Even as you and I!)
Oh the toil we lost and the spoil we lost
And the excellent things we planned,
Belong to the woman who didn't know why
(And now we know she never knew why)
And did not understand.
The fool we stripped to his foolish hide
(Even as you and I!)
Which she might have seen when she threw him aside--
(But it isn't on record the lady tried)
So some of him lived but the most of him died--
(Even as you and I!)
And it isn't the shame and it isn't the blame
That stings like a white hot brand.
It's coming to know that she never knew why
(Seeing at last she could never know why)
And never could understand.



-THE END-
Rudyard Kipling's poem: The Vampire



traduction approximative du texte en anglais :



Les vers--comme suggéré par la peinture par Philip Burne Jones, d'abord exhibé à la nouvelle galerie à Londres en 1897.

Un imbécile était là et il a fait sa prière
(Même comme vous est moi !)
À un chiffon et un os et un écheveau des cheveux
(Nous l'avons appelée la femme qui n'a pas fait soin),
Mais l'imbécile il l'a appelée sa dame juste
(Même comme vous est moi !)


Oh les années écoulées et les larmes coulées
Et le travail de notre tête et main,
Appartenir à la femme qui n'a pas su
(Et maintenant nous savons qu'elle pourrait ne jamais savoir)
Et n'a pas compris.

Un imbécile il était et il dépensa ses biens
(Même comme vous est moi !)
Honneur et foi et une intention sûre
Mais un imbécile doit suivre sa nature
(Et il n'était pas le moindre ce qui la dame signifiée),
(Même pendant que vous et I !)

Oh le travail dur que nous avons perdu et le corrompre nous avons perdu
Et les excellentes choses que nous avons prévues,
Appartenir à la femme qui n'a pas su pourquoi
(Et maintenant nous savons qu'elle n'a jamais su pourquoi)
Et n'a pas compris.

L'imbécile que nous avons dépouillé à sa peau idiote
(Même comme vous est moi !)
Ce qui elle pourrait avoir vu quand elle l'a jeté de côté--
(Mais ce n'est pas allumé disque la dame jugée)
Tellement une partie de lui a vécu mais les la plupart de lui sont mortes--
(Même comme vous est moi !)

Et ce n'est pas la honte et ce n'est pas le blâme
Cela pique comme une marque chaude blanche.

Il vient pour savoir qu'elle n'a jamais su pourquoi
(La voyant enfin pourrait ne jamais savoir pourquoi)
Et a pu ne jamais comprendre.


Posté par Lady Nini à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Métamorphose du vampire de C. Baudelaire

MAIN ET PLUME

Les métamorphoses du vampire :extrait des fleurs du mal

La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
- "Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
et fais rire les vieux du rire des enfants.

Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, la ciel et les étoiles!
Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi
Les anges impuissants se damneraient pour moi!"

Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus!
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.


CHARLES BAUDELAIRE

 

Posté par Lady Nini à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Vampire de Jan Neruda (1909)

 


L’auteur de ce texte, Jan Neruda, est un écrivain tchèque, totalement oublié aujourd’hui. Il est pourtant l’un des membres les plus connus de l’École de Mai. De plus il est l’auteur d’un célèbre recueil de nouvelles Les Contes de Mala Strana. Son nom a inspiré le pseudonyme du poète chilien Neftalí Ricardo Reyes Basoalto plus connu sous le nom de Pablo Neruda, prix Nobel de littérature en 1971.





Le petit bateau à vapeur qui fait journellement le service d’aller et retour entre Constantinople et les îles... nous ayant transportés sur la rive de Prinkipo on y prit terre.

La société ne se composait que de quelques personnes : Une famille polonaise, le père, la mère, la fille et le fiancé, puis nous deux. Je dois pourtant avouer, pour n’oublier personne, la présence d’un septième voyageur. Sur le pont de bois, jeté au-dessus de la Corne d’or de Stamboul, un Grec, jeune encore, s’était joint à nous ; à en juger par un carton qui portait sous son bras, c’était un peintre. De longues boucles noires tombaient plus bas que ses épaules, sa figure était pâle et l’œil sombre s’enfonçait dans l’orbite. De prime abord, cet homme m’intéressa ; il était si serviable et sa connaissance des endroits que nous visitions semblait très profonde. Puis il me sembla bavard, par trop loquace et après dix minutes d’entretien je me lassai de sa compagnie. Cette déconvenue me fit trouver d’autant plus agréable la famille polonaise. Les parents étaient de bonnes gens sincères ; le fiancé jeune, élégant, avait les manières d’un homme du monde. Ils allaient à Prinkipo pour y passer les mois d’été ; la jeune fille, quelque peu souffrante, ayant besoin pour se remettre de se baigner dans cet air du Midi.

La jolie et pâle enfant relevait peut-être d’une grave maladie, ou bien elle en portait le germe en elle. Elle s’appuyait sur le bras de son fiancé, se reposait souvent à ses côtés, et alors une petite toux sèche interrompait plusieurs fois leurs aimables chuchotements. Toutes les fois qu’elle toussait, son compagnon s’arrêtait de marcher, plein de prévenances et d’attention. Il la contemplait alors avec une pitié pleine de tendresse et la jeune fille de relever les yeux vers lui, comme pour dire : « Tu vois bien que ce n’est rien, je suis heureuse ! » Et naïfs, ils allaient croyant au bonheur et à la guérison.

D’après les recommandations du Grec, qui se sépara aussitôt de nous sur le Môle, la famille descendit dans un hôtel tenu par un Français. Sans occuper une situation trop élevée, cette maison offrait une vue des plus ravissantes et, installée à l’européenne, était pourvue de tous les conforts modernes.

Nous déjeunâmes de concert, et quand plus tard la chaleur de midi fut un peu tombée, tout le monde gravit en prenant et son temps et ses aises, la pente de la montagne jusqu’à un bosquet de pins d’où l’on pouvait jouir du panorama. À peine avions-nous découvert une place convenable et nous étions nous installés, que le Grec fit son apparition de nouveau. Il salua légèrement, explora un moment le terrain et s’assit alors également, à quelques pas. Il ouvrit son carton et commença à dessiner.

? « Je crois qu’il ne s’adosse au rocher que pour nous empêcher de suivre son dessin ».

? « Nous n’avons donc pas besoin de le regarder », dit le jeune Polonais, « ce qui se déroule à nos yeux ne nous suffit-il donc pas ? » Et après un moment il ajouta : « Il me semble qu’il nous dessine aussi, comme ornement de son paysage. ? À son aise ! »

Et en effet, nous avions assez à voir. Il n’existe sûrement par toute la terre pas un petit endroit plus beau et plus heureux que Prinkipo. Irène, la martyre politique, contemporaine de Charlemagne y passa un mois « en exil » ? ... Vivre ici un mois entier, tout le reste de mon existence serait illuminé de ce souvenir. Je ne saurais donc oublier l’unique journée que j’ai consacrée à cette excursion.

L’air était si pur, la brise si douce, l’atmosphère si parfumé, que l’œil glissait d’un horizon à l’autre comme se balançant sur du duvet. À droite, à côté de la mer, s’élevaient les montagnes brunes d’Asie à gauche, bien loin, bleuissait la rive escarpée d’Europe. L’île avoisinante de Schalki, une des neufs de l’archipel des Princes, se dressait avec ses forêts de cyprès comme un songe lugubre. De plus, pour ajouter à ce sinistre aspect, on la couronne d’un bâtiment considérable ? un asile pour les aliénés.

L’eau de la mer de Marmara n’ondulait que légèrement et, semblable à une opale gigantesque et brillante, affectait toutes les couleurs. Dans le lointain, l’onde était blanche comme du lait, un peu plus près elle semblait rosâtre entre les deux îles, elle brillait comme une orange d’or et dans le fond au-dessous de nous, c’était le bleu des saphirs. Elle restait seule avec sa beauté séductrice ; nulle part, on n’apercevait un navire de haut bord ; seuls, le long de la rive de l’île, voguaient de côté et d’autre deux bateaux portant pavillon anglais ; l’un était un petit vapeur, grand comme une cabane de garde, l’autre avait un équipage de douze hommes et comme leurs rames s’élevaient régulièrement, on en voyait couler et jaillir de l’eau, argent embrasé. Des dauphins confiants se pressaient entre les bateaux et volaient décrivant des courbes au-dessus des flots. Dans le ciel bleu, des aigles gigantesques passaient d’un vol tranquille d’une partie du monde à l’autre.

Toute la pente de la montagne sous nous était couverte de roses en fleurs et l’air embaumait, saturé de leur parfum. Des arcades du café au bord de la mer on entendait venir une musique atténuée par l’éloignement et portant au rêve.

L’impression était saisissante. Nos voix restaient muettes et tout notre être s’abandonnait à ce tableau ravissant... La jeune Polonaise était étendue sur le gazon et sa tête reposait sur la poitrine du bien-aimé. L’ovale pâle de sa tendre petite figure prit une légère coloration, et de ses yeux bleus jaillirent soudain des larmes. Le fiancé comprit son émotion, et se penchant vers elle but ses larmes l’une après l’autre. La mère regardait et il lui arriva ce qui était survenu à sa fille ; et moi, qui regardais aussi, je sentais mon âme déborder.

? « Ici le cœur et l’esprit doivent se remettre », murmura la jeune fille.

? « Quel beau pays ! ? Je n’ai pas d’ennemis, Dieu le sait, ? mais si j’en avais, ici je leur pardonnerais sûrement », dit le père d’une voix tremblante.

Et de nouveau le silence se fît. Tous éprouvaient un sentiment d’une douceur indicible. Chacun sentait en soi comme un monde de bonheur et aurait souhaité en faire part à l’univers entier. En proie aux mêmes sensations, dominé par les mûmes sentiments, on n’osait d’un mot rompre cette paix.

C’est à peine si nous nous aperçûmes qu’au bout d’une heure à peu près, le Grec se leva, ferma son carton, et nous ayant adressé un court salut, disparut de nouveau d’un pas léger. Nous restâmes absorbés dans notre contemplation muette.

Enfin, après plusieurs heures, quand l’horizon prit déjà la couleur violette, si ravissante dans le Midi, des couchers de soleil, la mère exhorta au départ. Nous descendîmes lentement vers l’hôtel, lentement, mais d’un pas élastique, comme des enfants sans soucis. À l’hôtel, nous nous assîmes à l’air, protégés par une marquise. À peine y étions-nous installés, qu’on entendit sous le berceau retentir le bruit d’une dispute et d’injures échangées. Notre Grec se disputait avec l’hôte ; nous écoutâmes pour nous divertir.

La conversation ne dura pas longtemps. « Si je n’avais point d’autres clients ici que des gens de la sorte ! gronda l’hôte en matière de conclusion, et il monta l’escalier allant à nous.

? « Quel est ce monsieur ? je vous prie, demanda le jeune Polonais, lorsque l’hôte se fut avancé tout près de notre table, comment se nomme t-il ? ? « Eh ! qui diable voulez-vous qui sache comment se nomme cet individu », continua de murmurer l’hôte, et il regarda mécontent au-dessus de la terrasse, « pour nous c’est le vampire ».

? « Un peintre ? n’est-ce pas ?

? « Vampire vous dis-je. Propre métier ! Il ne peint que des cadavres. Aussitôt que quelqu’un meurt à Constantinople ou dans les environs, cet individu a déjà fini le portrait du défunt le jour même. Il sent la mort et la peint d’avance sans jamais se tromper, le vautour ! »

La vieille Polonaise poussa un cri d’effroi : dans ses bras sa fille venait de tomber évanouie, blanche comme un linge. Déjà son fiancé avait sauté au bas des escaliers : il saisit d’une main le Grec à la gorge et tendit l’autre vers le carton.

Nous le suivîmes en hâte. Les deux hommes roulaient déjà dans le sable. Du carton entr’ouvert, les feuilles de papier à dessin s’étaient échappées et sur l’une d’elles se trouvait retracée d’une manière frappante, la tête de la jeune Polonaise, les yeux fermés, une couronne de myrtes autour du front.





Traduction de P. Patrys.


Pour information "Les contes de Malá Strana" sont publiés en français, aux éditions Pierre Terrail.

 

Posté par Lady Nini à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LE VAMPIRE de Charles Baudelaire

LE VAMPIRE de Charles Baudelaire

Poème

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,


De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
- Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,


Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne
- Maudite, maudite sois-tu!


J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.


Hélas! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit:
"Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,


Imbécile! - de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire!"

 

Posté par Lady Nini à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le vampire d'alexandre dumas

Le vampire d'alexandre dumas

écrit en 1851

Des voyageurs attardés se replient de nuit vers le château espagnol de Tormenar, de sinistre réputation. Parmi eux, Juana, partie retrouver l'homme qu'elle aime, et Gilbert de Tiffauges, gentilhomme breton. Une goule travestie en moresque surveille la scène (Acte I). Dans le château vide, lord Ruthwen rejoint les voyageurs; mais le fiancé de Juana n'est pas au rendez-vous. Gilbert le découvre mort, un peu plus tard. Puis c'est le tour de Juana, et Gilbert frappe de son épée Ruthwen qui sort de la chambre où elle agonise. Convaincu malgré tout de l'innocence de l'homme qui dit être allé lui aussi au secours de Juana, Gilbert accomplit ses dernières volontés: il ne sera pas enseveli mais exposé aux rayons de la lune. Laissé seul, le mort se redresse et déploie ses ailes de chauve-souris (Acte II).

Plusieurs mois ont passé, Gilbert est de retour à Tiffauges; il vient d'échapper à un attentat grâce à la goule, déguisée en paysanne. La soeur de Gilbert, Hélène, présente à son frère l'homme qu'elle a choisi d'épouser: lord Ruthwen! Ce dernier explique à Gilbert comment il était sorti d'un coma que tous avaient pris pour la mort. Dans la chambre de Gilbert endormi, la fée Mélusine veille sur lui et tente de l'avertir (Acte III).

Au matin, tourmenté par son rêve, Gilbert met Hélène en garde contre Ruthwen; on le prend pour un fou. Se sentant menacé, Ruthwen essaie de pactiser avec son ennemie la goule, qui aime Gilbert et le protège. A minuit, il égorge Hélène et se repaît de son sang. Arrivé trop tard, Gilbert le précipite dans un ravin (Acte IV). L'histoire s'achève au pied du Caucase. Gilbert s'apprête à épouser Antonia; du temps a passé. Ruthwen revient encore une fois, poussé par la haine et le désir de chair fraîche. Dans un dernier combat avec le vampire, la goule se sacrifie et permet à Gilbert de sauver Antonia en scellant pour l'éternité Ruthwen dans un tombeau (Acte V).

 

Posté par Lady Nini à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

le molosse de lovecraft

le molosse de lovecraft

 

Deux jeunes Anglais pilleurs de cimetières, fascinés par la mort et la démonologie, se rendent en Hollande après avoir eu vent d'une rumeur concernant la tombe d'un soi-disant vampire… L'ayant exhumé, ils découvrent un médaillon qu'ils ramènent en Angleterre. Mal leur en prend, car la punition s'abat sur eux, annoncée par un affreux aboiement…



La putréfaction hante ce récit vampirique. Ecrit en septembre 1922 à la suite d'une visite du cimetière hollandais de Flatbush à New York lors d'un séjour chez sa future femme Sonia Greene, Le molosse est sans conteste l'une des nouvelles les plus glauques de Lovecraft, un texte nécrophile à souhait et typique du style littéraire de jeunesse de HPL : lourd et malsain. Tout est noir, dégoûtant, repoussant, monstreux, difforme. Le narrateur use et abuse d'un vocabulaire effrayant, décrivant avec une peur sourde les étranges événements qu'il traverse… C'est de l'horreur pure, sans arrière-plan cosmique, qui contraste fortement avec les recherches narratives et thématiques que Lovecraft poursuivra par la suite.

 

Posté par Lady Nini à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,