03 avril 2011

Histoire vraie du Vampirisme par Johannes Van Aken

Histoire vraie du Vampirisme par Johannes Van Aken

 

le quatrième de couverture ne comporte pas de résumé
l'auteur nous parle en 250 pages de faits dits "réels" se rapportant aux vampires dans une approche plutôt symbolique, voir ésotérique.


Première partie
CE N'ÉTAIT PAS UNE LÉGENDE

I Au royaume du véritable Dracula
II Le Baron Samedi
III Les mille et un djinns

Deuxième partie
COMMENT ON DEVIENT VAMPIRE

I Les créatures du feu invisible
II Le grand voyage d'outre-tombe
III Incubes et succubes : les vampires amoureux

Troisième partie
RELIGION SOLAIRE CONTRE MAGIE LUNAIRE

I Les saints de Satan
II L'"Aurore" des vampires
III Le grand complot
IV L'alchimie du sang

Chaque chapitre est divisé en de nombreux sous-chapitres.

 


Histoire des Vampires de Claude Lecouteux

Histoire des Vampires de Claude Lecouteux

 

Issu de faits étranges déformés par l'imagination populaire, le vampire - est-il nécessaire de la rappeler ? - est un défunt qui, à la faveur de la nuit, revêtant parfois une forma animale, s'échappe de son tombeau pour sucer le sang des vivants, seule "nourriture" à son goût...

En histoirien des mentalités, Claude LECOUTEUX s'attache aux témoignages originaux relatant ces étranges phénomènes et dresse un inventaire des précurseurs de la redoutable créatures, remontant à la plus haute Antiquité où abondent lamies, striges et goules, démons femelles la plupart du temps. S'appuyant sur des archives judiciaires, l'auteur étudie plussieurs cas de vampirisme jugés avec le plus grand sérieux, notamment au siècle des Lumières, où l'on n'hésitait pas à ouvrir les tombes pour décapiter les cadavres suspects et les rendre à jamais inoffensifs.

Ainsi se trouvent retracées la constitution et l'évolution du mythe du vampire, qui s'épanouira, au XIXème siècle, dans le très célèbre et romantique Dracula de Bram Stocker puis connaîtra jusqu'à nos jours d'innombrables versions littéraires et cinématographiques.

 

Posté par Lady Nini à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Erzebeth Bathory le sang des innocentes de Jacques Sirgent

75a6e679

 

Au XVIIe siècle, la Hongrie fut le théâtre de la disparition mystérieuse de dizaines de jeunes filles. Elles avaient toutes un point commun : elles avaient fréquenté le château d’une mystérieuse comtesse dont la rumeur, s’amplifiant au fil des disparitions, en faisait un être maléfique, sadique… Une enquête fut menée, un procès s’ouvrit, accusant la comtesse Erzsebeth Báthory de terribles crimes en série : avoir exécuté des femmes pour se baigner dans leur sang, prétendu elixir de jouvence. La comtesse sanglante fut-elle une démente digne des pires serial killers ? Ou la victime d’une société ne tolérant la femme que soumise ? Jacques Sirgent nous livre une étude passionnante réservant bien des surprises.

 

parution juin 2010

Encyclopaedia Vampirica de Jean-Paul Ronecker

Encyclopaedia Vampirica de Jean-Paul Ronecker

 

Encyclopaedia Vampirica - Encyclopédie Illustrée des Vampires de Jean-Paul Ronecker


Bien que ce mot n'évoque plus aujourd'hui que des terreurs de salles obscures, il n'en éveille pas moins l'écho de peurs ancestrales car il fut une époque, pas si lointaine, où le vampire faisait réellement peur. La simple mention de son nom plongeait dans la terreur, non seulement le paysan inculte, mais aussi le bourgeois et même certains érudits. C'est que le vampire incarne la mort hideuse qui nous guette sans relâche. C'est cette peur viscérale qui explique l'universalité du mythe des suceurs de sang de nos légendes. Toutefois, tel Janus, le vampire possède deux visages : s'il est une personnification de la mort, il n'en demeure pas moins, également, une exaltation de la vie... Une vie si forte qu'elle est capable de vaincre la mort. Cet ouvrage redonne au vampire sa véritable dimension. Il en évoque tous les aspects, tous les états, en révèle toute la richesse : de la mythologie à la littérature et au cinéma, en passant par l'Histoire. le symbolisme, la culture, les croyances, la bande dessinée et les représentations populaires... Les créatures de la nuit évoquées dans ces pages surprendront peut-être, car elles ne ressemblent pas beaucoup au comte Dracula. Il faut bien comprendre qu'il y a deux vampires distincts : le vampire traditionnel issu de croyances très anciennes, et le vampire moderne forgé par la littérature et surtout le cinéma. Et ces deux vampires n'ont pas grand-chose à voir l'un avec l'autre...

 

Posté par Lady Nini à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Elle Mangeait Son Linceul de claude lecouteux

Elle Mangeait Son Linceul de claude lecouteux

Les défunts n'ont jamais cessé de préoccuper les vivants, soit parce qu'ils sont réputés dangereux, soit parce qu'ils se transforment en bons génies tutélaires. Ils sont la source de milliers de récits qui nous content leur retour, leurs actes, leurs amours, leurs préoccupations. Ceux dont il est question dans ces récits sont de mal morts la plupart du temps, des individus mécontents de leur


Sort, animés de l'esprit de vengeance, bloqués entre ici-bas et au-delà et désireux de quitter cet état intermédiaire qui est aussi celui du vampire. D'autres, sont des âmes en peine, des pécheurs, des personnes qui n'ont pas su délier les liens qui les attachaient au monde des vivants et qui réclament de l'aide, ou bien des morts prématurés (suicidés, assassinés, noyés, etc.) qui doivent errer sur terre tant que leur durée de vie allouée par le destin n'est pas accomplie. Ces croyances sont de tous les temps et de tous les pays, aussi cette anthologie déborde du cadre européen afin de refléter ce qui correspond aux grands archétypes et reflète les structures anthropologiques de l'imaginaire.

 

Posté par Lady Nini à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Dracula, prince des ténèbres de C. Du Chêne & J. Marigny

Dracula, prince des ténèbres de C. Du Chêne & J. Marigny

 

Le Vampire a la fâcheuse habitude d’échapper à la tombe pour revenir boire le sang des humains – plus encore celui des fraîches jeunes filles. Nous le savons depuis l’extraordinaire succès du roman Dracula de l’Irlandais Bram Stoker paru en 1897. Ce roman nous en apprend beaucoup sur les fantasmes de son auteur et de la société victorienne. Il s’inscrivait toutefois dans une tradition longtemps occultée ou négligée qui traverse la littérature et la mémoire populaire depuis l’Antiquité – bien avant qu’un certain Vlad l’Empaleur, dit « le Dragon » (Dracul), prince de Valachie (actuelle Roumanie), ne devienne personnage de légende au XVe siècle. Mort vivant, amoureux et princier, Dracula appartient à la culture européenne.

Jean Marigny et Céline du Chêne suivent sa trace et montrent son prodigieux pouvoir de métamorphoses. De la mystérieuse Transylvanie jusqu’aux studios de Berlin et de Hollywood, le « fantôme de la nuit » est l’un des rares mythes indissociables du cinéma. C’est à l’image qu’il doit – après les contes puis le roman – sa troisième existence.

 

Dracula oeuvre de Bram Stoker & film de Francis F. Coppola

Dracula oeuvre de Bram Stoker & film de Francis F. Coppola

 

Le vampire est le monstre mythique le plus vivace du vingtième siècle, le plus plastique aussi.
Venu du folklore et du fond des âges, il n'a jamais cessé de faire retour en littérature, au théâtre, mais surtout au cinéma. Dracula en est la figure la plus emblématique. Ce " revenant en corps " dépourvu de reflet nous tend un miroir. Car chacun a vu Dracula à sa porte : après le mépris et la condescendance des débuts, le roman de Stoker a été relu comme un aveu à demi conscient des contradictions victoriennes - sur la société, sur la sexualité, sur le pouvoir et sur I 'Empire - bref un mythe de l'angoisse et du désir transgressif.
Mais le regard daté s'est bientôt retourné sur les lecteurs et les spectateurs eux-mêmes et l'universalité du mythe s'est imposée, suscitant de nouvelles approches critiques. Un siècle de cinéma, de distorsions, d'appropriations et de clairs-obscurs fait encore scintiller la magie de ce texte fondateur. Le film de Francis Ford Coppola, qui prétend rendre justice au roman, interroge en vérité l'idée même d'adaptation : à la fois somme, retour, retournement et détournement, Bram Stoker's Dracula est ici l'occasion de stimulants va-et-vient entre le livre et le film, dont l'objet central reste peut-être le mystère même de leur séduction.




sommaire :


* Origines
* Contextes et structures
* Rencontres avec d'autres textes
* Lectures
* Éclairages sur le film
* Roman/films en regard

 

Dracula et les vampires de Jean-Paul Bourre

Dracula et les vampires de Jean-Paul Bourre

 

Grand seigneur, monstre de la nuit, le vampire est une créature lunaire, un initié du monde des morts. Dracula, prince de Valachie, est l'une des plus hautes figures de ce panthéon funèbre. Le vampirisme médiéval fait toujours des adeptes, en Sologne, à Venise, à Londres, comme le prouvent les manifestations du cimetière de Highgate qui provoquèrent, en 1969, l'arrestation de David Farrant, ou encore l'histoire du couple vampire de Sologne dont le texte intégral écrit par Jules Lermina en 1895 qui en conte l'histoire est ici reproduit. Jean-Paul Bourre présente les témoignages troublants des fidèles de Dracula, ainsi que les faits étranges liés à ce culte de la nuit, encore perpétué à ce jour.

 

 

parution 1er juin 2010

Posté par Lady Nini à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Dracula de Elizabeth Miller

Dracula de Elizabeth Miller

La redécouverte de la légende est l'œuvre de Bram Stoker.


Son Dracula (1887) reste un mythe moderne, teinté de romantisme macabre, créé à l'époque victorienne, éloigné de sa source d'inspiration ou du filon populaire (les "vrais" vampires). Stoker a choisi le nom de Dracula pour sa sonorité. Il n'était pas loin du patronyme du prince dont le père, Vlad Dracul, portait les armes de l'Ordre Occidental du Dragon (drac : diable, en roumain). Revu et corrigé depuis le début du siècle par le cinéma (Murnau, Bela Lugosi, Christopher Lee, Francis Ford Coppola) et aujourd'hui par la science-fiction et la bande dessinée, le mythe de Dracula a quelque chose en plus : il sublime deux tabous, le sang et le sexe.


Histoire, légende, mythe, trois raisons suffisantes pour faire un ouvrage richement illustré de documents rarissimes.

 

Posté par Lady Nini à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Dracula B. Stoker / F. Ford Coppola de Duperray et Sipière

Dracula B. Stoker / F. Ford Coppola de Duperray et Sipière

 

Dracula de Bram Stoker et Francis Ford Coppola de Max Duperray , Dominique Sipière


Comme Frankenstein, Dracula est un grand mythe qui a relégué le roman au second plan ; il faut y revenir pour en déchiffrer l'idée centrale : " The Blood is the Life.
" En incorporant les différentes exégèses méthodologiques, le parcours proposé restitue au roman son statut littéraire, par-delà le soupçon de " littérature populaire ", pour rendre hommage à la langue et aux langages de Dracula qu'une optique déconstructionniste fera mieux apparaître. Le film de Coppola emprunte beaucoup de matière narrative à Stoker - personnages, lieux, événements. Mais il est évident qu'il repose sur un merveilleux contresens délibéré et que le vampire achève ici une trajectoire dessinée par le siècle : il devient aimable, au cœur d'un récit qui doit moins au gothique qu'au merveilleux.
Ces mises en miroir soulèvent de nombreuses questions sur le retour et l'appropriation des mythes, sur le travail de chaque époque devant son propre regard et sur les relations entre le mythe et l'esthétique.