03 avril 2011

Dracula, prince des ténèbres de C. Du Chêne & J. Marigny

Dracula, prince des ténèbres de C. Du Chêne & J. Marigny

 

Le Vampire a la fâcheuse habitude d’échapper à la tombe pour revenir boire le sang des humains – plus encore celui des fraîches jeunes filles. Nous le savons depuis l’extraordinaire succès du roman Dracula de l’Irlandais Bram Stoker paru en 1897. Ce roman nous en apprend beaucoup sur les fantasmes de son auteur et de la société victorienne. Il s’inscrivait toutefois dans une tradition longtemps occultée ou négligée qui traverse la littérature et la mémoire populaire depuis l’Antiquité – bien avant qu’un certain Vlad l’Empaleur, dit « le Dragon » (Dracul), prince de Valachie (actuelle Roumanie), ne devienne personnage de légende au XVe siècle. Mort vivant, amoureux et princier, Dracula appartient à la culture européenne.

Jean Marigny et Céline du Chêne suivent sa trace et montrent son prodigieux pouvoir de métamorphoses. De la mystérieuse Transylvanie jusqu’aux studios de Berlin et de Hollywood, le « fantôme de la nuit » est l’un des rares mythes indissociables du cinéma. C’est à l’image qu’il doit – après les contes puis le roman – sa troisième existence.