06 avril 2011

Le vampire dans la littérature et au théâtre , Du mythe oriental au motif romantique de Florent Montaclair

Vampire

vampire dans la littérature et au théâtre de Montaclair Florent

 

La première partie de cet ouvrage est purement théorique. L'auteur cherche tout d'abord à démontrer que le vampire au sens classique du terme est un mythe créé en Europe de l'est et dont le sens était de donner une explication métaphorique à l'invasion turque.
Selon lui, lorsqu'il est passé en Europe de l'ouest, le vampire a changé de statut : de mythe expliquant la réalité, il est devenu une simple figure de l'imaginaire reprise par les écrivains, qui en ont fait un héros Romantique.
Il y a des choses intéressantes dans cette hypothèse, mais l'auteur fait des raccourcis un peu trop violents. Et surtout, je pense que plusieurs autres choses peuvent être dites à propos de cette figure de l'imaginaire alors que F. Montaclair estime que le vampire est enfermé dans ce terme de héros Romantique et que seule la littérature peut donc en parler (il expédie la psychanalyse et la médecine d'une façon un peu choquante, et ce d'autant plus qu'il les assimile aux sciences occultes).
Mais l'ouvrage apporte une autre intérêt : il regroupe trois textes français, dérivés de la nouvelle Le vampire de Polidori et plutôt difficiles à trouver. Tous trois sont écrits sous la forme de pièces de théâtre. Il s'agit de :

1) Le vampire de Charles Nodier
2) Le vampire d'Eugène Scribe
3) Le vampire d'Alexandre Dumas

Les intrigues, commes les titres, sont semblables. En résumé : un jeune homme rencontre en voyage un personnage fascinant mais qui se révèle être un vampire, tueur de jeunes vierges. Le jeune homme, ébranlé, rentre chez les siens pour y trouver le vampire en train de convoiter une personne chère (sa soeur ou sa fiancée).
Mais les manières de traiter le sujet sont bien différentes. Nodier est le plus classique et le plus « gothique » des trois. Il est intéressant mais pas très novateur. Scribe fait de ce thème un vaudeville un peu difficile à suivre dans le style et dont la morale est « mourez et ressuscitez, c'est le seul moyen de connaître vraiment votre femme ». Par contre Dumas, je ne puis que vous conseiller ce texte : une intrigue pleine de rebondissements, d'humour, de suspens, d'aventures. Je ne veux trop en dire pour ne pas dévoiler l'originalité de sa version mais elle réunit le thème fantastique classique aux qualités, de cet auteur, ce qui en fait un petit régal.

 

Paru en 06/1998