12 novembre 2011

Vampires : de la réalité au mythe de Jean Marigny

Picnik collage

 

Un livre qui remonte à l'origine du mythe des vampires...


Après un tour d'horizon mondial présentant les différents ancêtres du vampire moderne, l'auteur retrace la naissance et l'évolution de la figure du vampire, les modèles historiques qui l'ont inspiré, l'apparition de la légende au XIXe siècle, véhiculée d'abord par la littérature puis, dès le XXe siècle, par une profusion d'oeuvres cinématographiques.

 

parution : 10 novembre 2011 éditions La Martinière


13 juin 2011

Vampires : Dracula et les siens par Roger Bozzetto et Jean Marigny

vampires

 

Vampires d'hier, d'aujourd'hui, de demain — ce volume réunit les textes fondateurs de la littérature vampirique et fait le point, à travers romans et nouvelles, parfois inédites, sur la postérité d'un mythe très ancien.

Si Dracula, qui a fêté son centennaire en 1997, est un très vieux monsieur qui peine à s'adapter au monde moderne, ses avatars contemporains, marqués par leur époque, devenus presque gens ordinaires, n'ignorent ni leur destin, ni leur redoutable éternité. « Je n'ai pas d'âme, dit le héros de S.P. Somtow, je suis uniquement attiré par vos peurs, par vos terreurs intimes, c'est cela qui engendre la terrible solitude qui est la mienne, c'est cela qui me rend indestructible. »

■ John William Polidori. Le Vampire (1819).
■ E. T. A. Hoffmann. La Vampire (1815~1820).
■ Sheridan Le Fanu. Carmilla (1872).
■ Bram Stoker. Dracula (1897).
■ Bram Stoker. L'invité de Dracula (1912).
■ Alexis Tolstoï. Oupires (1841).
■ David Scott-Moncrieff. Schloss Wappenburg (1948).
■ Peter Schuyler Miller. Au-dessus de la rivière (1941).
■ Jean Ray. Le gardien du cimetière (1919).
■ Claude Seignolle. Pauvre Sonia.
■ Claude Seignolle. Le Chupador.
■ Mary E. Wilkins-Freeman. Luella Miller (1902).
■ Gustav Meyrink. La visite de J. H. Obereit chez les sangsues du temps (~1987).
■ E. F. Benson. Mrs. Amworth (1923).
■ E. F. Benson. Et nul oiseau ne chante (1928).
■ Edith Wharton. L'ensorcelé (1925).
■ D. A. Johnstone. Monsieur Alucard (~1967).
■ Norman Spinrad. Le mal des vampires (1993).
■ S. P. Somtow. Vampire Junction (1984).
■ Anne Rice. Le Maître de Rampling Gate (1984).
■ Catherine L. Moore. Shambleau (1933).
■ Richard Matheson. Derrière l'écran (1951).

 

Textes choisis et présentés par Roger Bozzetto et Jean Marigny
parution Omnibus en 1997

06 avril 2011

Vampire dans la littérature du XXème siècle de Jean Marigny

Vampire dans la littérature du XXème siècle de Jean Marigny

 

De tous les personnages de la littérature fantastique, le vampire est sans doute celui qui domine le plus l'imaginaire contemporain. Son omniprésence dans la littérature, mais aussi dans la bande dessinée, au cinéma, à la télévision, dans les jeux de rôle et même dans la publicité, constitue à elle seule la preuve qu'il exerce une incontestable fascination sur le grand public. Le vampire qui nous est devenu désormais si familier est-il le même que celui qui faisait rêver les romantiques ? Y a-t-il encore une parenté entre le Dracula de Bram Stoker et les élégants prédateurs postmodernes imaginés par Anne Rice ? Pourquoi et comment les genres littéraires aussi différents que la science-fiction, le roman policier, la littérature enfantine et même la littérature sentimentale se sont à leur tour emparées de ces personnages qui semblaient devoir se limiter au seul récit d'horreur ? C'est à ces questions, et à bien d'autres, que cet ouvrage tente de fournir des réponses en montrant comment notre siècle si riche en événements tragiques et en bouleversements planétaires, a modifié la perception que l'on avait des vampires, et en essayant de définir les significations nouvelles que le mythe a acquises un siècle après la parution de Dracula, dans un monde qui a perdu ses certitudes et qui est à la recherche de nouveaux repères.

 

Sang pour sang : Le réveil des vampires par Jean Marigny

9782070438761

 

L'Antiquité eut ses divinités assoiffées, le Moyen Age ses pervers sanguinaires.
Au XVe siècle, l'Eglise immortalisa les morts-vivants en les reconnaissant. Le vampire eut dès lors le droit de cité. Trois siècles plus tard, en pleine raison triomphante, la psychose est générale. Le vampire est connu, décrit : un " revenant en corps ", réfractaire à la croix, éventuellement à l'ail... Le théâtre de la terreur est posé. La littérature romantique va le consacrer, avec, dans le rôle du saigneur, Dracula, de Bram Stoker.
Un siècle plus tard, le cinéma lui donne corps, dans tout l'achèvement de sa terrible splendeur. jean Marigny traque cette figure polymorphe dans les lieux mêmes où elle se réfugie : la nuit, la mort, le temps perdu.

Cet ouvrage de Jean Marigny est parfait pour les nouveaux amateurs de vampires qui veulent en savoir plus sur la naissance de ce personnage mythique fascinant.

Ce livre explique donc comment est née la superstition des vampires grâce à des figures historiques légendaires telles que Vlad L'Empaleur, la Comtesse Bathory ou encore Gilles de Rais et à d'incroyables circonstances qui empêchaient les corps des morts de retourner à la poussière. Il retrace aussi le passage du vampire du statut de superstition à celui de mythe grâce à une courte nouvelle que John Polidori, le médecin personnel de Lord Byron, rédigea en 1816 pendant leur séjour à la villa Diodati (Frankenstein...). Enfin, il fait aussi état de l'évolution du vampire dans les textes (Stoker, Rice...) et dans les films tout au long du 20ième siècle.

Cet ouvrage, bien que court, offre un très bon aperçu de ce qu'est l'image du vampire et permet aux nouveaux "adeptes" d'acquérir les connaissances minimales avant de se plonger dans des recherches plus approfondies. Jean Marigny a consacré sa longue thèse au mythe des vampires, elle s'intitule Le vampire dans la littérature anglo-saxonne et Sang pour sang en résume les grandes lignes.

 

Les femmes vampires de Jacques Finné et Jean Marigny

f1182981

 

La littérature et le cinéma ont souvent donné l'impression que le mythe du vampire était essentiellement masculin. De Lord Ruthven au mort vivant séducteur des romans d'Anne Rice en passant par l'immortel comte Dracula de Bram Stoker, la littérature, puis le cinéma nous ont présenté toute une galerie de héros - ou de ami-héros - d'outre-tombe particulièrement virils. Or, il ne faudrait pas oublier que les femmes vampires sont apparues dans l'imaginaire occidental bien avant Lord Ruthven et cela, dans un premier temps, par le biais de la poésie. " La Fiancée de Corinthe " dans le poème de Goethe, Gertldine dans " Christabel " de Coleridge, Oneiza dans "Thalaba le destructeur " de Robert Southey, "Lamia " et la " Belle dame sans merci " de Keats sont des femmes fatales dont le baiser est mortel, même si elles ne sucent pas toujours le sang de leurs victimes. C'est au cours des années 1820 que les vampires féminins à proprement parler vont faire leur apparition. L'un des deux premiers personnages de vampires féminins est sans doute Brunehilde dans la nouvelle d'Ernst Raupach " Laisse dormir les morts " (1823) qui ouvre l'anthologie, suivie par quatre récits représentatifs des plus " belles " histoires de femmes vampires (A. Crawford, M.E. Braddon, F.M. Crawford, X.L.). Un monde sépare en effet la femme fatale suceuse de sang des récits d'inspiration gothique du XIXe siècle et ces prédatrices modernes, ardemment féministes, qui luttent pour sauvegarder leur indépendance. Les nouvelles que nous avons choisies pour ce recueil sont des textes du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Jacques Finné les présente au fur et à mesure. Ce sont des classiques du genre, même si certaines d'entre elles sont peu connues du public français, voire inédites en France, comme " La Bonne Lady Ducayne " et " Un Mystère de la campagne romaine ". Elles donnent de la femme vampire une image très diversifiée, et nous espérons qu'elles sauront conquérir, sinon vampiriser, nos lecteurs.

 

Posté par Lady Nini à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 avril 2011

La fascination des vampires de Jean Marigny

f9cc7a71

 

Avec le succès récent de la tétralogie Twilight de l'Américaine Stephenie Meyer et du premier film qu’elle a inspiré, les vampires sont de nouveau sous les feux de la rampe.


Depuis plus d’un siècle, Dracula et ses semblables sont omniprésents dans la littérature et le cinéma fantastiques, fascinant un public de plus en plus nombreux et de plus en plus diversifié, à tel point que l’on peut parler aujourd’hui d’un véritable mythe des temps modernes.


Le but de ces 50 questions est de s’interroger sur les origines lointaines de ce mythe afin de mieux comprendre pourquoi et comment il est devenu l’un des grands thèmes de l’imaginaire contemporain : qu’est-ce qu’un vampire ? d’où vient-il ? comment est-il entré dans la littérature moderne ? pourquoi est-il devenu aujourd’hui l’un des thèmes récurrents du cinéma fantastique ? pourquoi, enfin, les vampires sont-ils toujours aussi fascinants dans un monde devenu rationaliste ?

 

 

Posté par Lady Nini à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2011

Histoires anglo-saxonnes de vampires par Jean Marigny

Histoires anglo-saxonnes de vampires par Jean Marigny

 

Voici un ouvrage d'une qualité exceptionnelle qui fut publié à la fin des années 70 à la Librairie des Champs-Elysées par Jean Marigny (avec une préface de Maurice Lévy).

Au programme, vingt nouvelles traitant du vampire sous toutes ses formes : le vampire classique, à la Christopher Lee ; le vampire psychique ; les lamies (vampires féminins apparentées aux goules asiatiques) ; les plantes vampires ; les monstres vampires ; le bestiaire vampire et enfin, la nouvelle génération de vampires.