06 avril 2011

Les vampires humains de Roger Delorme

Les vampires humains de Roger Delorme

 

Le mythe du vampire vient du fond des âges. La crainte surnaturelle des morts - celle surtout que leur esprit puisse "revenir" - est à son origine. On cherchait donc à se les concilier par une offrande, souvent un sacrifice humain sanglant. Tous les peuples de tous les temps ont leurs légendes de vampires, goules, empuses, lamies, loups garous suceurs de sang rouge, véhicule de vie. C'est dans les pays balkaniques qu'on en trouve la forme la plus spectaculaire, devenue classique depuis le Dracula de Bram Stoker à la fin du siècle dernier. Avec tout un cortège de traditions : la morsure du vampire qui transmet le vampirisme; l'absence du reflet des vampires dans les miroirs... et aussi de mesures préventives "magiques", du crucifix au collier d'ail et à la balle d'argent, de la décapitaton néolithique des morts au pieu de bois enfoncé dans le coeur du vampire.


Cependant le vampirisme n'appartient pas seulement au folklore légendaire ou au roman noir. A travers l'histoire, et encore de nos jours, on connaît dans la réalité criminelle de nombreux "vrais" vampires humains, détraqués sexuels, schizophrènes plus ou moins nécrophiles. Depuis le prince vlad de Valachie, le véritable Dracula du XVe siècle et la fameuse comtesse Bathory, en passant par le vampire de Düsseldorf e l'entre-deux-guerres, jusqu'au récent vampire des cimetières à Nüremberg, les onze cas typiques analysés par l'auteur montrent une curieuse évolution dans le temps. On en arrive presque à une "Grandeur et décandence des Vampires". Une fois de plus, la réalité dépasse la fiction.

 

Posté par Lady Nini à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,